Les dynamiques de l'urbanisation et la métropolisation dans le monde

 

 

Dans le contexte de la mondialisation, la répartition de la population mondiale connait des changements. On parle de dynamiques, , que ces changements soient positifs ou négatifs. Parmi ces dynamiques figure l’urbanisation, c'est-à-dire la concentration de population en milieu urbain et l’extension des espaces urbains qui en résulte. La concentration des hommes et des activités dans les principales agglomérations qu’on appelle métropolisation, est une autre de ces dynamiques. 

 

Métropolisation : concentration de la population et des fonctions de commandements dans les villes de niveau supérieur. En ce sens, la métropolisation renforce les hiérarchies urbaines existantes. La métropolisation est aussi un processus de développement des relations de nature variée entre les villes constituées en réseaux. Enfin par métropolisation, on désigne également la polarisation d’une région par une ville, le rayonnement de cette dernière sur un territoire.

 

Problématique : Comment se manifestent l’urbanisation et la métropolisation dans le monde  ?

 

 

I L’urbanisation de la population...

 

a)     …à l'échelle mondiale...

 

La proportion de citadins dans le monde augmente. On en compte désormais 4.2 milliards soit 55% de la population mondiale.

La transition urbaine est donc réalisée à l'échelle mondiale. Depuis 2007, la moitié de la population mondiale vit en vielle. Les villes de plus de 5 millions d'habitants abritent 21% de la population mondiale. A elle seule, Tokyo compte 37 millions d'habitants.

 

Transition urbaine : passage d'une population majoritairement rurale à une population majoritairement urbaine.

 

b)     ,… se fait à un rythme inégal.

 

Cette croissance de la population urbaine est particulièrement rapide dans les pays du tiers monde. 77% des citadins vivent dans les pays en développement. 24 des 30 premières mégapoles sont situées dans les pays du tiers-monde. Ce phénomène de croissance de la population urbaine s'explique par l'exode rural, par le dynamisme démographique des populations des villes relativement plus jeunes, et par le processus d'étalement urbain qui englobe des villages qui étaient auparavant des territoires ruraux. En effet, ...

 

Solde migratoire : c’est la différence entre les entrées et les sorties sur un territoire.

 

Solde naturel : c’est la différence entre les naissances et les décès sur un territoire.

 

Exode rural : migration interne définitive des campagnes vers les villes.

 

c)     Elle [l'urbanisation] se traduit par une extension urbaine…

 

Aux Etats-Unis les métropoles représentent près d'1/5ème du territoire.Les métropoles s’étendent. Elle finit parfois par agglomérer plusieurs communes. On parle d’ailleurs de communes de banlieue. Il y a donc périurbanisation.

 

Périurbanisation : développement de l’espace urbain en périphérie.

 

Banlieue : territoire urbanisé qui entoure une ville. Le terme provient de la juxtaposition des termes ban (interdiction et juridiction) et lieue : il s'agissait du territoire d'une lieue de distance autour d'une ville sur lequel s'exerçait le ban.

La banlieue désigne aujourd'hui des communes autonomes mais qui se sont urbanisées sous l'influence d'une ville-centre.

 

II ... et s'accompagne d'une métropolisation .....

 

a)... qui se manifeste par la concentration...

 

 -de population. Tokyo est la plus grande métropole mondiale avec 37 millions d'habitants.

- de fonctions de commandement. La puissance financière se manifeste dans les métropoles les plus influentes  Wall Street et le Nasdaq à New York, le Kabuto Cho à Tokyo. On trouve à proximité de ces centres d'impulsion de l'économie mondiale, on trouve les sièges sociaux des plus grandes firmes transnationales (FTN). Certaines métropoles de premier plan sont aussi des centres politiques majeurs. Le siège de l'ONU se trouve à  New York. Paris et Londres sont des capitales. 

-  de richesses. Tokyo, premier Produit Urbain Brut (PUB) mondial produit autant de richesses que l'ensemble de l'Italie ou l'Australie. Le PUB de Sao Paulo est comparable à celui de l'ensemble des Pays-Bas. Pour 2018, la capitalisation boursière de New York représentait 33 7000 milliards de $.

-d'équipements. Les métropoles se caractérisent aussi par le nombre d'équipements culturels de premiers plan (musées, opéras, théâtres)

- et de territoires innovants. On trouve des technopôles de renommée mondiale dans la proximité immédiate de San Francisco (Silicon Valley) , de Boston ( MIT) ou de Paris ( Saclay) 

 

PUB : équivalent à l'échelle des villes du produit intérieur brut. Le produit urbain brut désigne donc l'ensemble des richesses produites dans une métropole;

 

Technopôle : territoire où se concentrent des activités de haute technologie en relation avec des activités de recherche et d'enseignement supérieur.

 

 

b)     Le niveau de concentration, d'équipement, de connectivité et d'influence détermine une hiérarchisation des métropoles.

 

En effet, la métropolisation est un processus sélectif qui distingue les métropoles en fonction de leur rayonnement. On peut distinguer au moins quatre villes globales. New York Tokyo, Londres et éventuellement Paris ainsi que des villes mondiales comme Los Angeles, Shanghai, Chicago, Hong Kong, Singapour. On voit désormais apparaitre des villes mondiales dans les pays émergents comme Mumbaï en Inde ou Sao Paulo au Brésil  ou Mexico au Mexique. On trouve également une multitude de métropoles secondaires au niveau mondial comme Milan Francfort, San Francisco ou Séoul.

 

Villes globale : expression créée par la sociologue Saskia Sassen pour désigner les villes du sommet de la hiérarchie métropolitaine mondiale caractérisées par le niveau le plus complet d'équipement, la meilleure connexion au reste du monde et l'influence la plus grande.

 

Ville mondiale : ville influente au niveau mondial qui concentre des fonctions de commandement sans forcément être un noeud majeur de la mondialisation.

 

b)     dessinent différents systèmes urbains

 

Dans certains pays la métropolisation se poursuit en renforçant le rang de la première métropole. C'est le cas en France, mais aussi en Autriche avec Vienne ou en Tunisie où Tunis concentre 50% des citadins du pays. Dans ces cas là, on parle alors de macrocéphalie urbaine dans un modèle mono centrique. Il existe cependant des territoires où le système urbain est plus équilibré. Dans certains cas, le modèle urbain est hiérarchisé. C'est le cas, dans une certaine, mesure aux Etats-Unis. En Allemagne le modèle urbain peut être qualifié de hiérarchisé voir même de polycentrique quand on compare l'influence de villes comme Francfort ou Munich face à Berlin. La question se pose également en Espagne avec Madrid et Barcelone.

 

Système urbain : cette expression désigne, dans un espace donné, l’ensemble des villes, les relations qu’elles entretiennent entre elles (hiérarchiques, d’échange, de concurrence ou de collaboration), et l’organisation des territoires qu’elles déterminent.

 

Modèle hiérarchisé : une métropole majeure est relayée par des métropoles de rang inférieur.

 

Modèle polycentrique : plusieurs villes se partagent le premier rang et exercent leur influence sur des régions de dimensions comparables.

 

Modèle mono centrique : une seule ville domine largement les villes de rang inférieur.

 

Macrocéphalie urbaine : domination exagérée d'un système urbain par la ville du sommet de hiérarchie urbaine compte tenu de sa population et de ses fonctions

 

c) et polarisent leurs territoires. 

 

Les  métropoles organisent également l’espace qui les environne. Il y a des complémentarités fonctionnelles entre les métropoles et le territoire des mégalopoles ou des régions urbaines qui les entourent. Les métropoles jouent d'ailleurs  un rôle majeur dans la connexion entre les territoires qu'elles polarisent et le reste du monde.

Londres ou Paris relient au moyen de leurs plateformes aéroportuaires le pentagone des villes européennes (Londres, Paris, Hambourg, Munich, Milan) au reste du monde. Rotterdam fait figure de port ouvert sur le monde pour un hinterland qui s’étend sur presque l’ensemble de la dorsale européenne. Les villes globales ou mondiales s’intègrent de vastes régions métropolitaine urbanisée de façon quasi continue. On appelle ces régions des mégalopoles. On peut donner comme exemple Londres dans la Dorsale européenne, New York dans la Mégalopolis ou Tokyo dans la Mégalopole japonaise.

 

Mégalopoles : conurbation formant à partir de plusieurs métropoles, un espace urbanisé de façon quasi continue. Dans ces région polycentriques, les villes concentrent des fonctions de commandement et sont reliées entre elles par des axes de communication efficaces et rapides. Elles jouent aussi souvent le rôle d'interfaces en relation avec le reste du monde.

 

Polarisation : domination et attraction exercée par une agglomération sur son territoire

 

 

c)     Les métropoles ont des relations d’échanges

 

Les plus grandes métropoles sont des nœuds de communication. Elles ont donc des fonctions nodales. Entre les unes et les autres, circulent des biens, des capitaux, des informations et des personnes. Par exemple, il y a eu 19 millions de touristes à Bangkok en 2017 et Paris en a accueilli près de 40 en 2018. New York, Londres et Paris sont des hubs aéroportuaires par exemple. Grâce à leur niveau d'équipement, ces métropoles ont un niveau de connectivité élevé. Elles ont donc entre elles des relations étroites. Elles forment ainsi un réseau que l'on peut qualifier d' archipel métropolitain mondial ( expression à préférer pour être rigoureux à l'expression archipel mégalopolitain mondial).

 

Archipel Métropolitain Mondial : réseau formé par les villes globales et mondiales compte tenu de leur niveau de connectivité, des fonctions et des richesses qu'elles concentrent.

 

Hub aéroportuaire : aéroport qui permet la connexion entre de nombreuses lignes long courrier et des lignes secondaires ou régionales.

 

d) ... mais elles sont aussi en concurrence.

 

Elles cherchent à attirer les grandes manifestations internationales comme les jeux olympiques ou les foires internationales. La marketing territorial met en avant les infrastructures culturelles et sportives, les écoles, les moyens de communication En concentrant ainsi les services supérieurs (bourses, enseignement supérieur, recherche, services financiers, marketing) les fonctions de commandement (sièges sociaux, institutions internationales) et les infrastructures les métropoles cherchent à développer des synergies et à être attractives. Mais il ya également des perdantes dans cette compétition Certaines deviennent répulsives. On les appelle parfois shrinking cities. Ce sont des villes en décroissances. On peut donner comme exemple, Détroit et Liepzig.

 

Synergies : interactions permettant d'être plus efficace.

 

 

Conclusion : La tendance à l'augmentation de la population urbaine se traduit donc par une extension des villes et une tendance à la concentration des hommes, des fonctions de commandement dans les villes du sommet de la hiérarchie urbaines. On observe alors qu'à différentes échelles, les territoires sont organisés par ces métropoles au risque d'en marginaliser d'autres. Le risque est de voir certains pôles se renforcer au détriment de périphéries délaissées. Ce phénomène s'observe-t-il à différentes échelles ?

 

 

Auteur : Nérée Manuel

 

 

Dernière mise à jour : 08/19

 

Contrat Creative Commons