Thème conclusif : Les Etats-Unis aujourd’hui : une puissance en déclin ?

La puissance désigne la capacité d’un Etat à imposer sa volonté aux autres. Pendant la guerre froide, les Etats-Unis avec l’URSS étaient qualifiés de superpuissance. A la fin de la guerre froide, un néologisme, l’hyperpuissance a même été inventé pour exprimer le sentiment de domination globale qu’inspirait alors l'impression d'hégémonie américaine. 

Alors aujourd’hui qu’en est-il de la puissance des Etats-Unis ? Est-elle en déclin ? Les Etats-Unis restent-ils une superpuissance voire une hyperpuissance ?

I Les Etats-Unis maîtrisent tous les aspects de la puissance.

a)             Le territoire et ses dynamiques contribuent à la puissance des Etats-Unis

Les ressources sont nombreuses sur les 9 626 000 km2 du territoire étatsunien. Aujourd’hui, notamment grâce au gaz de schiste et à l’utilisation de gisements restés longtemps en réserve, les EU sont devenus les premiers producteurs mondiaux de pétrole (571 millions de tonnes en 2017). La mise en valeur de l’espace agricole organisé en ceintures spécialisées permet de faire des EU les premiers exportateurs mondiaux de produits agricoles et agroalimentaires. Les Etats-Unis possèdent également le premier domaine maritime au monde.

b)            Son poids démographique n'est pas négligeable.

 Avec 326,8 millions d’habitants, le poids démographique des EU n’est pas négligeable. Cette population augmente par le croît naturel mais aussi l’apport d’une immigration plus ou moins désirée par les autorités. Ce flux migratoire permet de satisfaire des besoins de main-d'œuvre plus ou moins qualifiée et de rajeunir la population.

b)              

c)             Il s’agit encore de la première puissance économique mondiale.

Aujourd’hui, les EU réalisent 16 % de la production mondiale. Les capacités industrielles dans le domaine de l’automobile et de l’aéronautique restent importantes. La puissance économique des Etats-Unis repose également sur leurs capacités financières. Le dollar reste la monnaie de référence mondiale. Les EU sont les deuxième émetteurs et récepteurs d’IDE dans le monde. Beaucoup de ces investissements sont réalisés par des firmes transnationales. 127 des 500 premières FTN sont américaines. Pour terminer les places boursières américaines dominent les marchés mondiaux de produits financiers par l'importance de leurs capitalisations boursières. A New York, le NYSE (Wall Street) et le NASDAQ représentent à eux seul 41% de la capitalisation boursière mondiale.

IDE : investissement directs à l'étranger.

Capitalisation boursière : valeur de l'ensemble des actions dont les titres sont échangés sur un marché.

d)            Cette puissance repose sur de grandes capacités d’innovation. (smart power)

Plusieurs lieux sont les symboles des capacités d’innovation des EU. Si les géants du numérique se concentrent dans la Silicon Valley au Sud-Est de San Francisco. Il faut compter également avec l’apport du Massachussetts Institut of Technology dans les environs de Boston. C’est tout un réseau d’universités, de laboratoires et d’unités de productions constitués en systèmes productifs plus ou moins locaux qui font que les Etats-Unis se situent au deuxième rang mondial pour le dépôt de brevet.

A savoir :

Le MIT : le Massachusetts Institute of Technology est considéré comme la première université mondiale en sciences et technologies. Cette université se trouve à Cambridge face à Boston. Mais elle n'est pas la seule. Boston compte 31 universités dont Harvard  et le MIT. Bill Gates, Mark Zuckerberg et Elon Musk ont fréquenté l'un de ces centres d'enseignement supérieur. Mais surtout  ces établissements peuvent s'enorgueillir d'avoir accueilli  230 prix Nobel.  Plus de 90% des firmes pharmaceutiques mondiale ont des sièges à Boston.

e)             Une influence majeure sur la scène politique internationale.

Cette influence repose pour commencer sur la place privilégiée que les Etats-Unis possèdent à l’ONU. Dès la création de cette institution par la Charte de San Francisco le 26 juin 1945, les EU ont bénéficié du statut de membre permanent du conseil de sécurité. Ils possèdent donc un droit de véto dans cette institution dont le siège se trouve à New-York. Par ailleurs, la diplomatie des Etats-Unis s’appuie également sur un réseau de 300 ambassades et consulats. Les Etats-Unis font également entendre leur voix à l’OMC, au FMI, au G7 et au G20.

A savoir :

Le siège de l'ONU : depuis 1951, le siège de l'ONU  se trouve à New York. L'Assemblée Générale de l'ONU, comprend aujourd'hui 193 états membres . C'est le principal organe de délibération. Le Conseil de Sécurité est le seul à pouvoir prendre des décisions. Il est chargé du maintien de la paix et de la sécurité internationale. Il est composé de 15 états membres. Cinq d'entre eux sont membres permanents et ont un droit de veto sur les décisions du conseil : ( Chine , E-U, France Royaume -Uni , Russie). Les autres Etats sont membres non-permanents. Le Conseil de sécurité est le seul organe de l'ONU dont les décisions doivent être respectées par les Etats membres.

f)              Des capacités militaires exceptionnelles (hard power).

Les capacités militaires des Etats-Unis sont considérables. Avec un budget de 610 milliards de $, leur budget militaire est trois fois supérieur à celui de la Chine. Il représente 35 % des dépenses militaires dans le monde. Concrètement, cet effort de dépense se traduit par l’acquisition de capacités de projection uniques au monde. Grâce à leur flottes, à leurs bases réparties dans le monde entier et à leurs drones les EU sont les seuls à pouvoir intervenir rapidement partout dans le monde. Ces capacités ont été utilisées en Afghanistan en 2001 ou en Irak en 2003. Les Etats-Unis restent également et de loin la première puissance nucléaire au monde. Enfin, cette puissance militaire repose sur des alliances dans le cadre par exemple de l’OTAN. Les Etats-Unis ont également des accords bilatéraux avec le Japon, Israël, l’Arabie Saoudite depuis les accords du Quincy et la Corée du Sud.

Point d'appui et zones d'influence des Etats-Unis dans le monde.

Hard power : capacité d’une puissance à imposer sa volonté aux autres par des moyens militaires.

g)            Un  rayonnement culturel certain.

Ce rayonnement repose depuis longtemps sur le succès dans le monde des valeurs américaines. Le pays s’est longtemps présenté depuis son indépendance comme le phare de la démocratie et des libertés fondamentales dans le monde. Pendant, la guerre froide les Etats-Unis se sont présentés comme les leaders du monde libre.  Le rayonnement culturel des Etats-Unis repose également sur la diffusion des pratiques et des habitudes de consommation caractéristiques de l’American way of life. Il s’agit de consommation alimentaire (Coca, Mc Donald’s), d’habitudes vestimentaires ou de consommations de produits culturels comme la musique  (jazz, rock, rap, etc) ou le cinéma. L'industrie du cinéma d'Hollywood a eu un rôle majeur dans ce domaine.  Ce dernier entretient dans le monde entier l’image du pays. Il en diffuse les paysages les mythes et les valeurs. C’est un élément qui contribue à renforcer l’attractivité des Etats-Unis vers où convergent chaque année 500000 à 800000 migrants qualifiés mais aussi de nombreux étudiants étrangers.

A savoir :

Depuis 2006, les films d'Hollywood font plus de recettes à l'étranger qu'aux EU. 15% des films dans le monde sont produits à Hollywood. A l'échelle mondiale, ils représentent 75% des films projetés et 90% des bénéfices. De nombreuses productions de l'entertainment hollywodien ont le soutien du Pentagone, du FBI et de la CIA sous réserve d'un relatif contrôle des scénarios.

 

II Mais les aspects de la puissance américaine connaissent des limites.

a)             La logique de mise en valeur du territoire peut être discutée

La mise en valeur du territoire américain est contestable du point de vue du développement durable. L'exploitation du gaz de schiste et des sables bitumeux est extrêmement polluante. Les pratiques intensives de l'agriculture et de l'élevage aussi. Elles suscitent également des inquiétudes concernant la santé publique. D'une manière générale, les Etats-Unis sont les deuxième émetteurs de gaz à effet de serre dans le monde derrière la Chine.

b)             Une puissance économique en difficulté et concurrencée.

Alors que les EU réalisaient 40% de la production mondiale au sortir de la Seconde Guerre mondiale, ils n'en représentent plus que 17,2 voir 16 % selon les sources. Cela se traduit par un processus de désindustrialisation que Donald Trump prétend contrer. Par ailleurs les EU sont une puissance en déficit. Ils sont fortement endettés vis à vis de la Chine et du Japon qui possèdent des parts importantes de bons du trésor américain. Par ailleurs, le déficit commercial des Etats-Unis est le plus important au monde. Il représente 804 milliards de dollars. Les EU sont fortement concurrencés par la Chine qui devient la première puissance industrielle et dont le produit intérieur brut à parité de pouvoir d'achat (PIB PPA) est désormais supérieur à celui des EU. Il faut également compter avec la concurrence des pays d'Europe et des économies émergeantes, notamment les BRICS.

c)             Sur le plan des capacités d’innovation également

Longtemps en avance dans le domaine des innovations, les EU s'inquiètent du rattrapage rapide des puissances rivales notamment asiatiques. Par exemple, la part du PIB consacrée à la Recherche et Développement de la Corée du Sud est supérieure à celle des EU. Par ailleurs, c'est cette inquiétude qui explique les crispations américaines au sujet du développement de la 5G par les entreprises chinoises.

d)            L’unilatéralisme des Etats-Unis contesté.

Pour commencer, la politique des Etats-Unis est contestée par les Etats qu’ils considèrent comme leurs ennemis. On peut citer l’Iran, Cuba et la Corée du Nord. En Iran, les relations se sont tendues récemment depuis la remise en cause de l’accord sur le nucléaire iranien par Donald Trump. Par ailleurs, ce dernier semble ne pas donner de suite à l’amélioration des relations avec Cuba entreprise par Barak Obama. Pour finir, avec la  Corée du Nord, les relations oscillent entre regain de tension et réconciliations surprises.

Sur le continent latino-américain des voix se font entendre, dénonçant ce qui est perçu comme un impérialisme américain. Le vénézuélien Nicolas Maduro à pris le relai de son prédécesseur Hugo Chavez pour contester l'ingérence américaine en Amérique latine. Le Venezuela est même à l'origine d'une organisation régionale l'Alliance Bolivarienne pour les Amériques (ALBA) destinée à contrer l'influence américaine dans la région.

L’unilatéralisme des Etats-Unis peut également être contesté par leurs alliés. Ce fut le cas en 2003 quand la France a menacé d’utiliser son droit de véto lorsque les Etats-Unis ont cherché à obtenir un mandat Onusien pour intervenir en Irak en 2003. Sur la façon dont les Etats-Unis ont cherché à convaincre de la nécessité de la guerre voici un documentaire diffusé sur LCP : Guerre, mensonges et vidéos.  C’est la cas également quand les Etats-Unis se retirent des accords de Paris sur le climat en 2017 ou de l'accord sur le nucléaire iranien en (2018)

Unilatéralisme : attitude d'une puissance qui ne tient pas compte de la volonté des autres.

e)             Les limites de la force armée. 

Bien que largement dépassés par les capacités militaires des EU, la Chine et la Russie entendent bien manifester leurs puissances militaires respectives face aux EU. Puisque qui domine la mer domine le monde, l’Empire du milieu cherche à développer ses capacités de projection en se dotant de porte-avions et en s’assurant l’accès à de nombreux ports dans l’Océan Indien conformément à la stratégie du Collier de Perles. La Russie de Poutine montre régulièrement ses capacités de manœuvre face aux troupes de l’OTAN en Europe et intervient en Syrie pour garder une place au Moyen-Orient. Plus grave, rien n'a empêche  la Russie d’annexer l’Ukraine en 2014.

Par ailleurs, les attentats du 11 septembre 2001 et leurs conséquences ont montré les failles d’une puissance militaire majeure face au terrorisme  (guerre irrégulière) et à la guérilla en Afghanistan comme en Irak (guerre asymétrique). Désormais, face aux difficultés rencontrées, la politique interventionniste des Etats-Unis se veut plus modeste. Les Etats-Unis ont retiré l’essentiel de leurs forces en Irak (2011) en Syrie et en Afghanistan (2018).Les EU cherchent désormais à limiter le plus possible la présence de soldats sur le terrain d’affrontements. On ne peut cependant pas parler d’isolationnisme américain. Les Etats-Unis restent malgré tout restent très impliqués dans les affaires du monde. 

Pour finir les EU peinent à enrayer la prolifération horizontale des armes nucléaires. Ils y parviennent pour l’instant en empêchant l’Iran de se doter de l’arme nucléaire. Ils semblent avoir échoué face à la Corée du Nord de Kim Jong-Un qui possède les moyens balistiques nécessaires pour une attaque nucléaire contre le Japon ou la Corée.  

Isolationnisme : tradition politique héritée du président Monroe dans la deuxième moitie du 19ème siècle. Elle consiste à limiter les interventions des EU à la sphère américaine et à se tenir loin des tensions qui agitent le reste du monde.

f)              L’image des Etats-Unis remise en cause.

L'image des Etats-Unis à l'étranger est dégradée par l'écart existant entre les valeurs affichées et les réalités internes du pays. Par exemple, la société américaine reste profondément divisée par des inégalités sociales et par les tensions raciales. Le mouvement black lives matter entend bien défendre les afro-américains face aux violences policières. En faisant, de la frontière avec le Mexique une priorité nationale, Donald Trump stigmatise l'immigration latino-américaine. D'autres aspects de la politique de Donald Trump contribuent à dégrader l'image des EU à l'étrangers.  Certains lui reprochent son imprévisibilité qui fait de lui un allié peu fiable et un adversaire aussi déroutant qu'inquiétant.

Conclusion : Si on ne peut qualifier les Etats-Unis d'hyperpuissance compte tenu des limites observées dans ses capacités et des rivalités qui émergent, les Etats-Unis restent sans contestation possible la première puissance mondiale. Parce  qu'ils possèdent tous les attributs de la puissance, ils peuvent encore apparaître comme une superpuissance, mais une superpuissance affaiblie. C'est bien pour cela que Donald Trump a adopté le slogan " Make america great again". Il n'est pas certain qu'il y soit déjà parvenu.